Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
     

Le système des partis politiques en Chine

Introduction
Le système des partis politiques est un constituant important de la politique démocratique moderne. Quel système de partis politiques un Etat doit-il adopter ? Ce choix dépend de sa conjoncture nationale, de sa nature et de son développement social. Les différents systèmes de partis politiques des divers Etats sont le reflet de la diversité du développement de la civilisation humaine.
Le système des partis politiques mis en application en Chine est celui de la coopération multipartite et de la consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois (dénommé ci-après le « système chinois de coopération multipartite »). Il diffère non seulement du système concurrentiel entre deux partis ou plusieurs partis, qui est appliqué dans les pays occidentaux, mais encore du monopartisme appliqué dans certains autres pays. Le système chinois, qui s'est formé et développé au cours de la révolution, de l'édification et de la réforme du pays, est un système politique fondamental répondant à la conjoncture nationale chinoise, et un système socialiste à la chinoise, qui est une partie importante de la politique démocratique socialiste chinoise.
Il est stipulé explicitement dans la Constitution de la République populaire de Chine : Le système de coopéra- tion multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois existera et se développera sur une longue période. Sur le territoire chinois, le Parti communiste chinois et les autres partis démocratiques sont tenus de prendre la Constitution pour critère fondamental de leurs activités, de sauvegarder sa valeur et de garantir sa mise à exécution.
Le système chinois de coopération multipartite regroupe le Parti communiste chinois (PCC) et les huit partis démocratiques. Les huit partis démocratiques désignent le Comité révolutionnaire du Guomindang de Chine, la Ligue démocratique de Chine, l'Association pour la construction démocratique de la Chine, l'Association chinoise pour la démocratie, le Parti démocratique paysan et ouvrier de Chine, le Zhigongdang de Chine, la Société Jiusan et la Ligue pour l'autonomie démocratique de Taiwan. La Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) est un organe important de la coopération multipartite et de la consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois. Dans le système chinois de coopération multipartite, le Parti communiste chinois et les autres partis démocratiques, au moyen d'une coexistence à long terme, d'une supervision mutuelle, d'une collaboration à cœur ouvert et d'un partage de l'honneur et du déshonneur, se sont consacrés ensemble à l'édification du socialisme à la chinoise, et ont fondé les bases essentielles consistant en « la coopération multipartite sous la direction du Parti communiste et la participa- tion multipartite aux affaires d'Etat gouvernées par le Parti communiste ». Le système chinois de coopération multipartite a fait preuve d'une supériorité politique particulière et d'une vitalité puissante dans la vie politique et sociale de la Chine, jouant un rôle irremplaçable.
 



I. Un choix inéluctable lié au développement social et historique de la Chine
La Chine a connu une longue période féodale. Après 1840, suite à l'agression des puissances capitalistes occidentales et en raison du régime féodal et décadent, la Chine a été réduite progressivement à une société semi-coloniale et semi-féodale. Pendant environ 110 ans, la nation chinoise s'est trouvée plongée dans un abîme de souffrance dans lequel le peuple ne jouissait d'aucun droit démocratique.
Afin d'améliorer la situation critique où se trouvaient le pays et le peuple, les Chinois luttèrent durant plusieurs générations pour trouver le salut de la nation. Au début du XXe siècle, Sun Yat-sen, grand précurseur de la révolution démocratique chinoise, en cherchant auprès de l'Occident la voie du salut de la nation, déclencha et dirigea la Révolution de 1911, une révolution démocratique capitaliste. Il renversa le régime monarchique qui durait depuis plusieurs millénaires, et fonda la République de Chine. Par ailleurs, il mit en application une politique parlementaire et un multipartisme sur le modèle des pays occidentaux. Bien que constituant une avancée historique par rapport au régime monarchique, cette révolution fut défaite peu de temps après sous le poids des forces réactionnaires à la fois chinoises et étrangères, et échoua malgré la volonté ardente du peuple chinois d'indépendance et de démocratie. Comme Sun Yat-sen le fit remarquer : puisque la société chinoise diffère de la société européenne et américaine, il est naturel que la politique régissant sa société ne soit pas identique à la leur.
De 1927 à la fondation de la Chine nouvelle en 1949, le Guomindang, avec à sa tête Jiang Jieshi, mena le monopartisme, monopolisa les pouvoirs de l'Etat, attaqua et persécuta les forces progressistes démocratiques. Il agit donc à l'encontre du courant de développement de la politique démocratique et de la volonté du peuple. L'histoire retourna la situation en sa défaveur.
Le développement d'une politique chinoise moderne exigea un nouveau système de partis politiques qui soit en mesure de répondre à la conjoncture nationale. Cette responsabilité historique fut assumée conjointement par le Parti communiste chinois et par les autres partis démocratiques.
Fondé en 1921, le Parti communiste chinois associa le marxisme-léninisme à la réalité de la Chine, formula le programme de la Révolution de la démocratie nouvelle, et tout en unissant les diverses classes révolutionnaires, lutta pour l'indépendance nationale, l'émancipation du peuple, la prospérité et la puissance du pays, ainsi que pour le bonheur de la population. Instaurés principalement au cours de la Guerre de résistance contre l'agression japonaise (1937 – 1945) et de la Guerre de libération (1945 – 1949), les partis démocratiques avaient alors pour base sociale la bourgeoisie nationale et la petite bourgeoisie urbaine ainsi que les intellectuels et les patriotes qui y étaient liés. Anti-impérialistes, patriotes et démocrates, ils instituèrent une force progressiste dans la société chinoise. Le Parti communiste chinois établit des relations de co- opération intime avec les partis démocratiques, ne cessa de renforcer ces relations au cours d'une lutte acharnée, et œuvra de concert avec eux tant pour la paix que pour la démocratie en Chine. Pendant la Guerre de résistance contre l'agression japonaise, les partis démocratiques participèrent activement au front uni national anti-japonais dirigé par le Parti communiste chinois, s'engagèrent dans les mouvements démocratiques et anti-japonais, luttèrent avec le Parti communiste pour la résistance, l'unité et le progrès, et contre la capitulation, la sécession et le recul du Guomindang. Après la victoire de la Guerre de résistance contre l'agression japonaise, la lutte commune se poursuivit contre la guerre civile et la politique dictatoriale menées par le Guomindang dirigé par Jiang Jieshi.
Au cours de la grande lutte pour la victoire de la Révolution de la démocratie nouvelle, le Parti communiste chinois affermit sa position centrale et dirigeante parmi les diverses forces révolutionnaires chinoises. Les partis dé- mocratiques et les personnalités démocratiques sans-parti finirent par choisir en toute conscience et solennellement le Parti communiste chinois pour guide. En avril 1948, le Parti communiste chinois proposa de tenir une nouvelle conférence consultative politique pour l'établissement d'un gouvernement de coalition démocratique. Cette proposition reçut un écho enthousiaste de la part des différents partis démocratiques et des personnalités démocratiques sans-parti. Tous se prononcèrent ouvertement pour une soumission à la direction du Parti communiste chinois et pour la création conjointe de la Chine nouvelle. La tenue en septembre 1949 de la Conférence consultative politique du peuple chinois officialisa le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois. Le Parti communiste chinois, les partis démocratiques et les personnalités démocratiques sans-parti participèrent ensemble à l'édification du pouvoir d'Etat de la Chine nouvelle.
Après la fondation de la République populaire de Chine, le Parti communiste chinois, disposant du pouvoir, renforça encore son unité et sa coopération avec les partis démocratiques. Il ne cessa de promouvoir l'innovation théorique et le développement substantiel dans le cadre de la coopération multipartite. A l'issue de l'achèvement global de la transformation socialiste en 1956, le Parti communiste chinois, tenant compte des changements radicaux survenus dans les classes sociales, formula le principe de « coexistence à long terme et supervision mutuelle ». Ainsi, les partis démocratiques existeront aussi longtemps que le Parti communiste chinois, tandis que celui-ci pourra les superviser et réciproquement. Mais, le Parti communiste étant au pouvoir, les partis démocratiques étaient davantage amenés à le superviser. La disposition essentielle de la coopération multipartite chinoise sous le socialisme repose sur cette base. Après 1957, tout particulièrement pendant la « révolution culturelle » (1966 – 1976), le système chinois de coopération multipartite subit un grave préjudice.
Depuis la mise en application de la réforme et de l'ouverture vers l'extérieur en 1978, le Parti communiste chinois, selon l'évolution de la situation et de sa tâche, a explicité que la coopération multipartite constituait l'une des caractéristiques et supériorités du régime politique. Il a alors défini le principe régissant sa relation avec les partis démocratiques par « une coexistence à long terme, une supervision mutuelle, une collaboration à cœur ouvert et un partage de l'honneur et du déshonneur » ; il a formulé également toute une série de théories et de mesures politiques concernant la coopération multipartite et la consultation politique. La théorie et la pratique du socialisme à la chinoise reposent largement sur la notion de persévérance et de perfectionnement du système de coopération multipartite. En 1989, le Parti communiste chinois a élaboré l'Avis sur la persévérance et le perfectionnement du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, engageant ainsi la coopération multi-partite et la consultation politique dans une voie institutionnalisée. La première session de la VIIIe Assemblée populaire nationale (APN) tenue en 1993 a inscrit dans la Constitution la phrase suivante : « Le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois existera et se développera sur un long terme », permettant ainsi au système chinois de coopération multipartite d'avoir un fondement constitutionnel explicite. Après le XVIe Congrès du PCC tenu en 2002, le Parti communiste chinois, répondant aux exigences de l'édification de la civilisation politique socialiste, a élaboré successivement l'Avis sur le renforcement accru de l'édification du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois et l'Avis sur le renforcement du travail de la conférence consultative politique du peuple, ordonnant et normalisant ainsi davantage le système de coopération multipartite. Depuis la fondation de la Chine nouvelle il y a presque 60 ans, le système chinois de coopération multipartite, qui s'est consolidé et développé en continu, a joué un rôle fondamental dans la vie politique et sociale du pays.
L'histoire moderne et contemporaine de l'évolution de la politique chinoise a prouvé ceci : l'édification de la politique démocratique chinoise doit se fonder sur la conjoncture nationale fondamentale. Il est impossible d'obtenir la réussite en plagiant les régimes politiques et les systèmes de partis politiques d'autres pays ; la dictature, qui va à l'encontre de la loi du développement historique et de la volonté du peuple, est vouée à l'échec. La formation et le développement du système chinois de coopération multipartite représentent le choix inéluctable du développement de l'histoire chinoise moderne et contemporaine, fruit de l'association du marxisme-léninisme à la réalité chinoise, et fruit de la sagesse du Parti communiste chinois et des partis démocratiques. Ils correspondent à la conjoncture nationale chinoise, à la réalité de sa révolution, de son édification et de sa réforme, et à l'exigence fondamentale de la politique démocratique socialiste. Par ailleurs, dotés d'une caractéristique chinoise particulière, ils incarnent la bonne tradition culturelle de la nation chinoise préconisant la coexistence dans la différence et l'entente harmonieuse malgré les divergences. Le système chinois de la coopération multipartite répond au courant de développement de notre époque, et traduit l'exigence de développement de la société chinoise.
 



II. Un régime politique fondamental chinois
Il est stipulé dans la Constitution que la République populaire de Chine est un Etat socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière et basé sur l'alliance des ouvriers et des paysans. La forme organisationnelle du pouvoir qui correspond à ce régime d'Etat est le système de l'assemblée populaire ; le système de partis politiques qui correspond à ce même régime est celui de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois. Les systèmes d'assemblée populaire, de coopération multipartite et consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, d'autonomie régionale des ethnies minoritaires et d'autonomie de masse à la base constituent le noyau et le cadre fondamental du régime politique, et incarnent d'une manière concentrée la politique démocratique socialiste.
En tant que système politique fondamental de l'Etat, la coopération multipartite a défini la position, le rôle et les relations mutuelles du Parti communiste chinois et des différents partis démocratiques dans la vie politique du pays.
– Le Parti communiste chinois est au pouvoir et joue un rôle directeur. La position dirigeante du Parti commu- niste chinois s'est formée et consolidée au cours de la révolution, de l'édification et de la réforme. L'histoire et le peuple ont fait ce choix. Au cours d'une lutte de plus de 80 ans, le Parti communiste chinois a conduit le peuple à accomplir la Révolution de la démocratie nouvelle, à réaliser l'indépendance de la nation et l'émancipation du peuple, à fonder un pouvoir d'Etat où le peuple prend en main son propre destin, à sauvegarder l'unification du pays et l'unité des diverses ethnies, à mettre en place le régime socialiste, à réaliser la transformation sociale la plus large et la plus profonde dans l'histoire chinoise, à créer la cause socialiste à la chinoise et à réussir à trouver une voie juste pour la prospérité du pays et le bonheur du peuple. La Chine est un grand pays en voie de développement avec une population de 1,3 milliard d'habitants composée de 56 ethnies sur un territoire de 9,6 millions de km². Pour moderniser un tel pays multiethnique doté d'un vaste territoire et d'une population si nombreuse, il faut avoir un noyau dirigeant ferme. Le Parti communiste chinois incarne les exigences du développement des forces productives avancées en Chine, l'orientation du progrès de la culture chinoise avancée et les intérêts fondamentaux de l'immense majorité de la population chinoise. La direction énergique du Parti communiste chinois constitue la garantie fondamentale de la modernisation socialiste en Chine, de la sauvegarde de l'unité nationale chinoise, de l'harmonie et de la stabilité de sa société, et de la construction d'un bel avenir en rassemblant plus d'un milliard de Chinois. Tel est le consensus politique auquel le peuple chinois des différentes ethnies a abouti lors de sa longue expérience dans la révolution, la construction et la réforme.
– Les partis démocratiques participent aux affaires politiques chinoises. L'exigence inhérente de la dictature démocratique populaire en Chine et les rôles effectifs que jouent les partis démocratiques dans la vie politique chinoise ont décidé de leur position en tant que partis participant aux affaires politiques. En tant que représentants respectifs d'une partie des travailleurs socialistes, des bâtisseurs de la cause socialiste et des patriotes en faveur du socialisme, les différents partis démocratiques s'inscrivent dans le cadre du peuple. Leur participation aux affaires politiques sous la direction du Parti communiste chinois est à l'image de la démocratie populaire. Se joindre au pouvoir d'Etat, participer à la consultation sur les politiques importantes d'Etat et sur les candidats à la dirigeance de l'Etat, prendre part à l'administration des affaires d'Etat, à l'élaboration et à la mise à exécution des principes, des mesures politiques, des lois et des règles d'Etat sont les points essentiels de leur participation aux affaires d'Etat. La position des partis participant aux affaires d'Etat et leur droit à la participation aux affaires d'Etat sont protégés par la Constitution et ses lois corré- latives.
– Un nouveau type de relation solidaire et coopérative a été formé entre le Parti communiste chinois et les partis démocratiques. Au cours de leur longue lutte conjointe, le Parti communiste chinois et les partis démocratiques ont noué une relation intime et fraternelle. Les théories, les lignes, les expériences et les programmes fondamentaux du Parti communiste chinois ayant été reconnus par les partis démocratiques, l'édification du socialisme à la chinoise est devenue l'objectif commun des divers partis politiques. Dans une ambiance politique détendue, stable, solidaire et harmonieuse, le Parti communiste chinois développe de vastes coopérations politiques avec les partis démocratiques, tient compte des intérêts politiques et matériels de ses alliés, et les unit pour avancer ensemble.
– La coopération entre le Parti communiste chinois et les partis démocratiques est substantielle. En premier point, le Parti communiste chinois entreprend avec les partis démocratiques des consultations politiques concernant les mesures politiques et les principes importants ainsi que les affaires importantes d'Etat, et met en place la supervision mutuelle ; en deuxième point, certains membres des partis démocratiques sont proportionnellement présents dans les organes du pouvoir d'Etat et remplissent leurs fonctions conformément à la loi ; en troisième point, certains membres des partis démocratiques assument la direction dans le gouvernement central, les autorités locales et les services judiciaires ; les gouvernements populaires à divers échelons maintiennent une liaison régulière avec les partis démocratiques à travers différents canaux pour mettre en valeur leur rôle de délibération des affaires d'Etat et de participation à la vie politique ; en quatrième point, les partis démocratiques, par l'intermédiaire de la conférence consultative politique du peuple, participent à la délibération des affaires importantes d'Etat ; en cinquième point, le Parti communiste chinois soutient la participation des partis démocratiques à la réforme, à l'ouverture sur l'extérieur et à la modernisation socialiste. Servir le développement économique et social est l'une des fonctions importantes que les partis démocratiques remplissent en tant que partis participant aux affaires d'Etat, et constitue une caractéristique majeure du système chinois de coopération multipartite.
– Le Parti communiste chinois et les partis démocratiques se supervisent. Cette supervision est une su- pervision politique qui se réalise par la proposition de remarques, de critiques et de suggestions. Du fait que le Parti communiste chinois est au pouvoir, ce sont plutôt les partis démocratiques qui le supervisent. Leur supervision démocratique concerne notamment : l'exécution de la Constitution, des lois et des règlements d'Etat ; l'élaboration et la mise en application des mesures politiques et des principes importants du Parti communiste chinois et du gouvernement central ; les activités des comités du Parti communiste chinois à tous les échelons ; l'accomplissement des obligations par les cadres dirigeants membres du Parti communiste chinois, et l'intégrité administrative de ces derniers. La supervision par les partis démocratiques joue un rôle important et particulier dans le renforcement et l'amélioration de la direction du Parti communiste chinois, et dans le perfectionnement du système de supervision socialiste.
La coopération multipartite a créé une forme origi- nale de système de partis politiques, particulière en son genre dans le monde. Le Parti communiste chinois et les partis démocratiques coopèrent étroitement et se supervisent au lieu de s'opposer les uns aux autres. Le Parti communiste chinois gouverne en vertu de la loi et les partis démocratiques participent aux affaires d'Etat en toute légalité au lieu de gouverner à tour de rôle. Ce système répond au système de l'assemblée populaire pour permettre au peuple de prendre en main son propre destin au lieu de conférer une démocratie à une minorité de gens.
 



III. Le reflet de la démocratie socialiste
Sans démocratie, il n'y a pas de socialisme, ni de modernisation socialiste. Réaliser et développer la démocratie populaire constitue le but auquel le Parti communiste chinois et les partis démocratiques s'attachent depuis toujours. Le système de coopération multipartite, par sa structure et son fonctionnement particuliers, reflète la demande fondamentale de la démocratie socialiste, assure l'exécution complète des droits démocratiques populaires et est la forme majeure de réalisation de la démocratie socialiste.
La direction du Parti communiste chinois et le développement complet de la démocratie socialiste sont les principales exigences de la coopération multipartite. Le Parti communiste chinois, qui a pour objectif de servir le peuple de tout son cœur, représente les intérêts fon- damentaux de la majorité de la population chinoise. La direction et la gouvernance du Parti communiste chinois consistent à diriger et soutenir l'exercice du droit du peuple d'être maître de son propre destin, à mobiliser et organiser les masses populaires pour gérer selon la loi les affaires de l'Etat et de la société ainsi que les œuvres économiques et culturelles, à sauvegarder et concrétiser les intérêts fondamentaux de la population. La coopération multipartite insiste sur la direction du Parti communiste chinois tout en réalisant une large démocratie, sur l'unité sans exclure la diversité, sur l'ordre mais aussi le dynamisme.
La combinaison de l'élection et de la consultation est une caractéristique importante de la démocratie socialiste chinoise. En Chine, le système de l'assemblée populaire et le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois se complètent mutuellement. La démocratie socialiste repose à la fois sur l'exercice des droits du peuple par les élections et le vote, et sur les consultations populaires élargies qui permettent l'identité de vues avant les prises de décisions importantes. La combinaison de ces deux facteurs qui sont l'élection et la consultation développe en profondeur et de façon étendue la démocratie socialiste. Les consultations politiques élargies permettent non seulement de respecter la volonté de la majorité, mais aussi de tenir compte de la demande raisonnable de la minorité. Elles assurent la réalisation optimale de la démocratie socialiste, et accélèrent le développement harmonieux de la société.
Les valeurs et les fonctions de la coopération multi-partite apparaissent dans les domaines suivants :
– La participation politique. La coopération multi-partite légalise la participation politique de tous les partis démocratiques. En englobant différentes forces sociales dans le système politique, elle renforce et élargit la base du pouvoir d'Etat de dictature démocratique populaire ; elle dynamise tous les domaines, rassemble les richesses intellectuelles du peuple, les bonnes idées, et stimule la prise de décisions raisonnables et démocratiques par le parti au pouvoir et le gouvernement ; elle propulse le développement positif et stable de la démocratie sociale en conservant la stabilité de la société.
– La manifestation des intérêts. En tant que pays très peuplé, la Chine compte différentes classes, couches et groupes sociaux. Il existe au sein du peuple des différences et des conflits portant sur des intérêts concrets, malgré la conformité des intérêts fondamentaux. Le développement de l'économie de marché socialiste bouleverse le système économique et la structure sociale. Les rapports d'intérêts subissent un réajustement profond. Les conceptions idéologiques évoluent en profondeur. La coopération multipartite peut refléter efficacement les intérêts, la volonté et la demande de tous les domaines sociaux, dégager et élargir la voie de la manifestation des intérêts sociaux, coordonner les rapports d'intérêts, tenir compte des intérêts des alliés, afin de conserver l'harmonie et la stabilité de la société.
– L'intégration sociale. La modernisation chinoise, difficile et compliquée, impose au système politique la mission importante de l'intégration sociale. La coopération multipartite, caractérisée par la direction énergique du Parti communiste chinois et la coopération large des partis démocratiques, dispose d'une forte puissance d'intégration sociale. Avec pour objectif la construction du socialisme à la chinoise, le Parti communiste chinois unit étroitement les partis démocratiques, afin de former une haute identification politique, de promouvoir l'optimisation de la distribution des ressources politiques, de dynamiser tous les domaines, et de diriger et d'organiser la société dans le sens d'une progression constante vers la modernisation.
– La supervision démocratique. La supervision mu- tuelle entre le Parti communiste chinois et les partis démocratiques profite au renforcement de la fonction de supervision au sein du système, et permet d'éviter les abus causés par son manque. Les différents partis démocratiques reflètent la demande et les intérêts concrets des groupes qu'ils représentent. Ils peuvent émettre les diverses opinions et propositions à caractère social, complé- ter l'autosupervision du Parti communiste chinois, ce qui profite à la prise de décisions raisonnables et démocratiques par celui-ci pour lutter contre la bureaucratie et la corruption, et au renforcement et à l'amélioration du travail du parti au pouvoir.
– La sauvegarde de la stabilité. La coopération multipartite, qui remplace la confrontation et le combat par la coopération et la consultation, évite une situation politique instable et le changement fréquent du gouver- nement, causés par le conflit intrinsèque entre des partis politiques ; elle réduit également de manière significative l'usure interne de la société, et préserve la stabilité et l'union politique et sociale. La direction puissante du Parti communiste chinois et le concours des partis démocratiques permettent d'atténuer efficacement toutes sortes de confrontations et de conflits sociaux et de sauvegarder la stabilité politique et l'harmonie sociale.
Le système chinois de coopération multipartite reflète la demande essentielle de démocratie socialiste ayant le peuple comme maître du pays, et manifeste la propriété et la supériorité du régime politique chinois. Dans une ère nouvelle, le maintien et l'amélioration du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, l'extension de la participation politique ordonnée des citoyens, l'élargissement de la voie de manifestation des intérêts sociaux, et la promotion du développement harmonieux de la société constituent un aspect important du développement de la politique démocratique socialiste.
 



IV. La consultation politique dans le cadre du système de coopération multipartite
La consultation politique est une partie importante du système chinois de coopération multipartite. Que le Parti communiste chinois consulte les partis démocratiques et les personnalités sans-parti avant de prendre des mesures politiques et des décisions importantes ainsi qu'au cours de leur exécution, constitue un chaînon clé de la prise de décisions raisonnables et démocratiques, de même qu'une voie importante pour augmenter les capacités du Parti communiste chinois dans l'exercice du pouvoir. Grâce à plusieurs décennies de pratique, la consultation politique dans le cadre du système de coopération multipartite a pris deux formes fondamentales : la consultation avec les partis démocratiques, et la consultation avec les partis démocratiques et les représentants des différents milieux au sein de la Conférence consultative politique du peuple chinois.
Le contenu principal de la consultation politique du Comité central du Parti communiste chinois avec les comités centraux des différents partis démocratiques comprend : les documents importants du Congrès national du PCC et de son Comité central ; les propositions d'amendement sur la Constitution et les lois importantes ; les candidats à la gouvernance nationale ; les décisions importantes sur la promotion de la réforme et de l'ouverture ; les plans à long et moyen terme du développement économique et du progrès social ; les questions clés concernant la situation générale nationale ; la communication des informations et des documents importants et l'écoute des opinions.
Les formes principales de la consultation politique du Comité central du Parti communiste chinois avec les comités centraux des différents partis démocratiques sont les suivantes : le Comité central du Parti communiste chinois invite les dirigeants des partis démocratiques à organiser des réunions consultatives démocratiques et à mener des consultations sur les stratégies et les politiques à prendre par le Comité central du PCC ; les dirigeants principaux du Comité central du Parti communiste chinois invitent, selon la situation, les dirigeants des partis démocratiques à des causeries de haut niveau et à une échelle limitée afin d'échanger des idées et des opinions ; le Comité central du PCC ou un de ses départements compétents organise des entretiens avec les dirigeants des partis démocratiques pour annoncer et échanger des informations importantes, écouter les propositions politiques lancées par ceux-ci ou discuter de sujets spéciaux. Hormis les réunions consultatives, les comités centraux des partis démocratiques peuvent encore émettre des propositions écrites au Comité central du Parti communiste chinois sur les stratégies et les politiques nationales, ainsi que sur d'autres questions importantes.
La procédure principale de la consultation politique du Comité central du Parti communiste chinois avec les comités centraux des différents partis démocratiques est la suivante : Le Comité central du Parti communiste chinois présente le plan annuel de la consultation politique en fonction des travaux annuels importants ; les sujets de consultation sont présentés à l'avance aux comités centraux des partis démocratiques, et les documents leur correspondant sont fournis ; les comités centraux des différents partis démocratiques étudient les documents, procèdent à des enquêtes et recherches, discutent conjointement des sujets de consultation, et émettent des opinions et des propositions ; au cours de la consultation, la démocratie est mise en valeur pour réunir toutes les opinions et rechercher tous les accords possibles en laissant de côté les divergences ; le Comité central du Parti communiste chinois étudie sérieusement les opinions et les propositions émises par les comités centraux des différents partis démocratiques, et réagit sans tarder sur l'adoption ou non des opinions et des propositions importantes.
Depuis les années 1990, le Comité central du Parti communiste chinois a renforcé la consultation avec les partis démocratiques ; son contenu s'est enrichi, et sa procédure s'est davantage normalisée. De 1990 à fin 2006, le Comité central du Parti communiste chinois, le Conseil des Affaires d'Etat et les départements concernés ont organisé plus de 230 réunions consultatives, causeries et réunions d'information, dont 74 ont été présidées par le secrétaire général du Comité central du PCC. Ces trois dernières années, les partis démocratiques et les personnalités sans-parti ont présenté leurs opinions et leurs propositions sur les projets des documents importants, notamment la Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur le renforcement des capacités du Parti dans l'exercice de son pouvoir, la Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur les questions importantes de l'édification d'une société harmonieuse socialiste, l'Avis du Comité central du Parti communiste chinois sur le renforcement du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois. Ils ont également exprimé leurs opinions et propositions relatives aux candidats de l'Assemblée populaire nationale et du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, à l'amendement de la Constitution, aux projets de lois comme la Loi sur la législation, la Loi contre la sécession, la Loi sur la supervision, et la Loi sur les droits réels, aux plans à long et moyen terme du développement économique et du progrès social tels que le programme du XIe plan quinquennal, et relatives aux autres questions clés concernant l'économie nationale et la vie du peuple telles que la construction d'une nouvelle ruralité socialiste, la réforme du système financier, sanitaire et éducatif. Un grand nombre de ces opinions et propositions ont été adoptées par le Comité central du Parti communiste chinois, le Conseil des Affaires d'Etat et les départements concernés.
De plus, les comités centraux des partis démocra- tiques et les représentants des personnalités sans-parti ont apporté plus de 200 propositions écrites au Comité central du Parti communiste chinois dans les domaines économique, politique, social, éducatif, scientifique, culturel, sanitaire, diplomatique, de la défense nationale, et relatives aux compatriotes de Hongkong, de Macao et de Taiwan. Le développement économique et social des régions telles que le delta du Changjiang, la zone autour de la mer Bohai, la zone sur la côte ouest du détroit de Taiwan, et la région du Golf de Beibu, la réforme du système de compensation de la mise en valeur des ressources de la région de Sanjiangyuan (Sources des trois fleuves : le Changjiang, le Huanghe et le Lancangjiang) et des régions sous-développées, l'approfondissement de la réforme du sys- tème culturel, et la mise à l'honneur de la culture traditionnelle chinoise sont la concrétisation de ces propositions. Toutes ces opinions et propositions ont bénéficié de l'attention du Comité central du Parti communiste chinois et du Conseil des Affaires d'Etat, et ont été adoptées par ceux-ci ; elles ont donné de bons résultats sociaux.
Les comités locaux du Parti communiste chinois et les responsables locaux des partis démocratiques se con- sultent régulièrement sur les questions locales importantes. Ces consultations ont été érigées en système. La consultation des comités du Parti communiste chinois aux différents échelons avec les partis démocratiques a dynamisé la prise de décisions d'une manière raisonnable et démocratique.
La consultation du Parti communiste chinois avec les partis démocratiques, les personnalités sans-parti et les représentants des différents milieux au sein de la Conférence consultative politique du peuple chinois est un outil important de la consultation politique. La Conférence consultative politique du peuple chinois comprend 34 catégories, dont le Parti communiste chinois, les partis démocratiques, les personnalités sans-parti et les représentants des différents milieux. Le renforcement de la consultation politique au sein de la Conférence consultative politique du peuple chinois est un élément important du développement de la politique démocratique socialiste et de la construction de la civilisation politique socialiste. La mise en valeur du rôle joué par la Conférence consultative politique du peuple chinois permet de refléter et de faire valoir les caractéristiques et les avantages du système politique socialiste et du système des partis politiques, de renforcer et développer la situation politique caractérisée par la démocratie, la solidarité, le dynamisme, la stabilité et l'harmonie.
 



V. Le système de coopération multipartite et la construction du pouvoir d'Etat
Le Parti communiste chinois, qui est au pouvoir, poursuit l'exercice d'un pouvoir raisonnable, démocratique et conforme à la loi ; les partis démocratiques, qui participent aux affaires politiques, prennent part au pouvoir d'Etat. Le Parti communiste chinois unit les partis démocratiques et coopère avec ceux-ci dans le pouvoir d'Etat, les soutient dans le déploiement de leur rôle de partis participant aux affaires d'Etat, et dans l'exercice de leurs fonctions de participation, de délibération et de supervision démocratique, pour promouvoir la construction du pouvoir d'Etat.
L'assemblée populaire est l'organe par lequel le peuple exerce le pouvoir d'Etat ; elle est aussi un organe important grâce auquel les partis démocratiques réalisent leur fonction. Les membres des partis démocratiques occupent une certaine proportion parmi les représentants de l'assemblée populaire aux différents échelons, les membres de son comité permanent et les membres de ses commissions permanentes. Depuis la 1ère session de la Xe Assemblée populaire nationale en 2003, 177 000 membres des partis démocratiques et personnalités sans-parti ont été élus représentants de l'assemblée populaire aux différents échelons, dont 7 sont vice-présidents du Comité permanent de l'APN, 50 sont membres du Comité permanent de l'APN, 41 sont vice-présidents du comité permanent des assemblées populaires provinciales, 462 sont membres du comité permanent des assemblées populaires provinciales, 357 sont vice-présidents du comité permanent des assemblées populaires municipales, 2 084 sont membres du comité permanent des assemblées populaires municipales. Ils assument la responsabilité de représentants populaires, participent à l'élaboration et à l'amendement de la Constitution, des lois et des règlements locaux ; ils prennent part aux élections, à la nomination et à la destitution des dirigeants de l'Etat et du gouvernement ; ils participent à l'examen et à l'approbation des rapports concernant les plans de développement économique et de progrès social et leur exécution, à l'examen et à l'approbation des rapports des budgets nationaux et de leur exécution ; ils expriment l'aspiration du peuple, émettent des motions et des questions, participent aux inspections et aux contrôles de l'application des lois. Ils jouent un rôle très important.
La prise en charge de la fonction de responsable gouvernemental et judiciaire par des membres des partis démocratiques est l'un des facteurs importants de la réalisation de la coopération multipartite sous la direction du Parti communiste chinois. Fin 2006, 31 000 personnes membres des partis démocratiques ou sans-parti ont assumé un poste de chef de district ou de département et supérieur, chargés de la gestion administrative, de la résolution des problèmes et de la proposition de la nomination et de la révocation du personnel. Parmi elles, 18 sont vice-directeurs de la Cour populaire suprême, du Parquet populaire suprême, des ministères, des commissions, des services administratifs, et des organismes directement rattachés au Conseil des Affaires d'Etat ; 24 sont vice-gouverneurs de provinces, vice-présidents de régions autonomes ou maires adjoints de municipalités relevant directement de l'autorité centrale ; 356 sont maires adjoints de villes ou vice-gouverneurs de départements, ligues, ou arrondissements ; 35 sont vice-présidents de la cour populaire et du parquet populaire au niveau provincial, 141 sont vice-présidents de la cour populaire et du parquet populaire au niveau municipal. Un grand nombre de membres des partis démocratiques et des personnalités sans-parti assument les fonctions de responsables dans les universités, les organisations populaires, les établissements de recherches scientifiques et les entreprises publiques ; par exemple, 69 sont au poste de direction dans les 93 instituts de recherche de l'Académie des Sciences de Chine, et 38 dans les 72 universités relevant directement du ministère de l'Education. En 2007, un membre d'un parti démocratique a été nommé au poste de ministre des Sciences et des Technologies et une personnalité sans-parti au poste de ministre de la Santé publique.
Le Conseil des Affaires d'Etat et les administrations locales des différents échelons accordent une grande importance au renforcement des relations avec les partis démocratiques, qui bénéficient ainsi de nouvelles voies de participation et de délibération dans les affaires d'Etat. Les moyens principaux sont les suivants : Le Conseil des Affaires d'Etat organise des causeries auxquelles participent les responsables des partis démocratiques, réclame leurs conseils sur les rapports de travail du gouvernement qui seront présentés à l'Assemblée populaire nationale et sur les politiques et les mesures importantes, et annonce le fonctionnement du développement économique et social. Selon la circonstance, le Conseil des Affaires d'Etat invite les responsables des partis démocratiques à assister aux sessions plénières et à certaines réunions du gouvernement. Le gouvernement organise des examens sur la lutte contre la corruption, la mise en ordre intégrale de la sécurité publique, et la normalisation de l'ordre du marché en invitant les membres des partis démocratiques. Les départements concernés du gouvernement établissent et renforcent, par le biais de leur travail, les relations avec les partis démocratiques concernés, et invitent les responsables de ces partis concernés aux réunions spécialisées importantes, pour l'élaboration des politiques et des plans. Actuellement, les partis démocratiques, selon leurs caractéristiques, ont établi des relations avec les départements concernés du Conseil des Affaires d'Etat, pour entreprendre des coopérations et des recherches communes sur le développement général des citoyens, la construction des zones scientifiques du programme Etincelle, le développement de l'agriculture moderne, l'expansion du plan d'enrichissement de la population grâce à l'élaboration d'un état écologique, le renforcement de la protection et de la mise en valeur des ressources maritimes, le perfectionnement de la politique financière d'encouragement à l'innovation scientifique, la réforme du système de récompenses des scientifiques, l'exécution de la stratégie nationale des brevets, et les solutions apportées au manque d'eau. Le Conseil des Affaires d'Etat et les administrations locales aux différents échelons ont engagé 767 membres des partis démocratiques et personnalités sans-parti pour assumer la charge de conseillers, ainsi que 1 393 personnes pour travailler dans les services des documents historiques au niveau central ou local.
Les membres des partis démocratiques travaillent dans des domaines accrus en tant qu'invités spéciaux. L'engagement des membres des partis démocratiques par les départements gouvernementaux concernés et les établissements judiciaires est une mesure importante et un arrangement institutionnel, pour que s'exerce le rôle de supervision des partis démocratiques. Actuellement, le Parquet populaire suprême, le ministère de l'Education, le ministère de la Supervision, le ministère du Territoire et des Ressources, la Commission nationale des comptes, l'Administration nationale des affaires fiscales emploient 87 membres des partis démocratiques et des personnalités sans-parti comme travailleurs spécialement invités. Les administrations locales des différents échelons emploient 17 000 membres des partis démocratiques et des personnalités sans-parti en tant qu'invités spéciaux. Ces invités participent à l'examen et à la supervision de l'application des lois, à l'étude des projets de lois et règlements, et à l'enquête sur les grandes affaires judiciaires. Ils jouent un rôle de conseil, de consultation et d'intermédiaire avec le peuple, et s'acquittent de leur responsabilité de supervision démocratique. Par exemple, les personnes invitées par la Commission nationale des comptes participent directement à la vérification des comptes et aux enquêtes sur les programmes importants comme l'exécution du budget central, le fonds destiné au déménagement des habitants des Trois Gorges, le fonds du développement global de l'agriculture, le fonds des projets d'investissement, les prêts de la Banque mondiale, et le fonds national pour l'achat de céréales. Ces cinq dernières années, les invités spéciaux des organismes de supervision aux différents échelons ont transmis 13 600 lettres du peuple et ont reçu les visites de 23 800 personnes. Ils jouent un rôle particulier dans le renforcement de la liaison des organismes de supervision avec les masses populaires.
La participation des partis démocratiques aux activités importantes des affaires étrangères et nationales a été normalisée et sa fonction a été développée. Ces dernières années, les dirigeants des partis démocratiques ont participé à plus de 150 activités des affaires étrangères et ont dirigé plus de 60 délégations en visite à l'étranger. Les dirigeants du Comité central du Parti communiste chinois et les chefs d'Etat invitent les dirigeants des comités centraux des partis démocratiques à participer aux entretiens avec les hôtes étrangers et invitent les dirigeants des comités centraux des partis démocratiques à participer aux importantes cérémonies ou activités de réconfort et de célébration.
 



VI. Le système de coopération multipartite et la Conférence consultative politique du peuple chinois
La Conférence consultative politique du peuple chinois est une organisation de front uni patriotique du peuple chinois, une institution importante de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, et également une forme d'exercice de la démocratie socialiste.
Les partis démocratiques constituent l'une des catégories importantes de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC). Les membres des partis démocratiques sont largement représentés dans la CCPPC ainsi que dans son comité permanent et son groupe dirigeant à divers niveaux. Ils participent également aux commissions permanentes et aux organes de travail de la CCPPC en tant que membres ou responsables. Par exemple, lors de la première session du Xe Comité national de la CCPPC, les membres des partis démocratiques et les personnalités sans-parti ont totalisé 1 343 membres, soit 60% de la totalité ; 195 membres au comité permanent, soit 65,2% de la totalité ; 13 vice-présidents, soit 54,2% de la totalité. Au sein des comités locaux aux échelons des provinces (régions autonomes, municipalités relevant de l'autorité centrale), des villes et des districts, les partis démocratiques et les personnalités sans-parti comptent 336 000 membres. Ils défendent le point de vue de leurs partis lors des différentes réunions. Leurs droits à l'inspection, au dépôt de propositions, à la dénonciation, à l'expression de la volonté populaire, à la participation aux enquêtes et à l'examen, sont respectés et garantis. Au sein de la CCPPC, ils remplissent leurs fonctions de la façon suivante :
– La participation active à la consultation politique. Les différents partis démocratiques profitent de toutes les formes de consultation pour discuter des principes et des questions importantes de la vie politique, économique, culturelle et sociale au niveau national ou local, des affaires communes concernant la participation des partis démocratiques à la CCPPC, des affaires importantes au sein de la CCPPC du front uni patriotique et des autres questions majeures ; sur cette base, ils avancent leurs avis et leurs propositions. A l'occasion du Nouvel An et lors de la session plénière de la CCPPC, les dirigeants du Comité central du Parti communiste chinois discutent des affaires de l'Etat avec les partis démocratiques ; les membres de la CCPPC représentant les partis démocratiques ainsi que d'autres membres assistent aux réunions principales de l'assemblée populaire pour débattre sur les questions majeures de l'Etat et donner leurs avis et propositions sur les principes concernant l'économie nationale et le bonheur du peuple ; les réunions du comité permanent, du présidium, du secrétariat et des commissions permanentes de la CCPPC se consacrent à des sujets de plus en plus variés, ce qui crée des conditions favorables à la large participation des partis démocratiques à la consultation politique. Ces dernières années, les partis démocratiques ont participé activement à des conférences de consultation sur les questions importantes concernant le développe- ment économique et social organisées par la CCPPC et les départements gouvernementaux concernés. En 2006, par exemple, ils ont participé à deux conférences de consultation ayant pour sujets la stratégie en faveur de la mise en valeur de l'Ouest et la mise en application du Programme national du développement scientifique et technologique à moyen et long terme. La volonté d'écouter différentes voix et de rassembler toutes les bonnes idées inspire toutes les démarches du gouvernement.
– L'exercice sérieux de la supervision démocratique. Les partis démocratiques profitent de l'inspection, du dis cours ou d'autres occasions pour exercer une supervision sur l'application de la Constitution, des lois et des règlements sur l'exécution des mesures politiques importantes et sur les activités des organes d'Etat et de leur personnel, en émettant des critiques et des propositions. Les représentants des partis démocratiques au sein de la CCPPC remplissent la fonction de supervision démocratique en participant aux enquêtes et aux activités de contrôle organisées par les comités du Parti communiste chinois et les services correspondants du gouvernement et en assurant le poste de superviseur invité des institutions judiciaires et des services du gouvernement. Entre 1997 et 2006, les comités centraux des partis démocratiques ont fait plus de 370 interventions (y compris écrites) aux réunions du Comité national de la CCPPC, portant sur une série de questions importantes telles que la réforme, le développement et la stabilité. Voici quelques propositions concrètes : accélérer l'optimisation de la structure industrielle, promouvoir le développement de l'économie de recyclage, renforcer la gestion des catastrophes et créer le plus rapidement possible un système d'urgence anti-catastrophes, protéger et garantir les droits et intérêts légitimes des travailleurs migrants, améliorer la sécurité sociale, fortifier l'édification culturelle à la campagne, assurer l'investissement éducatif surtout au niveau de l'éducation fondamentale, encourager l'enseignement géré par les organisations populaires, intensifier la mise en place du système de la santé publique, développer la réunification du pays et combattre fermement la sécession, promouvoir les échanges commerciaux entre la partie continentale de la Chine et l'île de Taiwan. Les interventions des représentants des partis démocratiques reflètent pleinement la force et la sagesse collectives. Nombre d'avis et de propositions venant d'eux ont été adoptés.
– L'approfondissement de la participation et de la délibération des affaires politiques. Les membres des partis démocratiques au sein de la CCPPC mènent des enquêtes sur les problèmes politiques, économiques, culturels et sociaux ainsi que sur les préoccupations de toute la population afin d'émettre des critiques et des propositions au Parti communiste chinois et aux organes d'Etat, sous forme de rapports d'enquêtes, de motions, de propositions, etc. Entre 1990 et 2006, les partis démocratiques et leurs représentants à la CCPPC ont soumis environ 2 400 propositions aux sessions du Comité national de la CCPPC, portant sur l'élaboration immédiate d'une loi anti-sécession, la réforme des charges et des taxes rurales, la construction d'un bon cadre de développement pour l'économie non publique, la création d'un système de surveillance du fonds de la sécurité sociale et d'un système de protection sociale dans les campagnes. Nombre de leurs propositions ont été adoptées, ce qui a contribué à l'élaboration des lois correspondantes, ou a servi d'important appui dans l'élaboration des mesures politiques.
 



VII. Le système de coopération multipartite et la modernisation
Les partis démocratiques persistent dans le principe qui considère le développement comme la première tâche de la lutte solidaire, et, en suivant de près les principales activités de l'Etat, remplissent avec sérieux les fonctions de participation politique et de supervision démocratique, et s'engagent activement dans la promotion de la construction socialiste économique, politique, culturelle et sociale.
– Mener des enquêtes approfondies et présenter activement leurs propositions. Les partis démocratiques participent activement à l'élaboration des politiques natio- nales et à leur application, en menant des inspections et des enquêtes sur les problèmes majeurs de la vie politique, économique et sociale du pays à caractère général, stratégique et tendanciel, afin d'avancer des propositions favorables à l'élaboration des politiques. Ces dernières années, ils ont mené des enquêtes et effectué des re- cherches sur le projet de construction du barrage des Trois Gorges, la protection des terres arables, les liaisons postales, commerciales et de transport entre la partie continentale de la Chine et l'île de Taiwan, la mise en valeur de l'Ouest, le redressement de la Chine centrale, la régénération des anciennes bases industrielles du Nord-Est, l'édification de la nouvelle ruralité socialiste, le développement de la région riveraine de la voie ferroviaire Qinghai-Tibet, la zone pilote de la réforme assortie, la mise en application de la stratégie du développement durable, l'élaboration et l'exécution du XIe plan quinquennal. Leurs propositions présentées au Comité central du PCC et au Conseil des Affaires d'Etat ont été très appréciées et un grand nombre a été adopté. Les organisations locales des partis démocratiques mènent également des enquêtes et des recherches autour des problèmes relatifs au développement économique et social local. Dans certaines régions, les comités du Parti communiste chinois chargent les partis démocratiques de mener des enquêtes et des études sur des sujets donnés. Les administrations locales adoptent certaines de leurs propositions et les services correspondants les mettent en application. Ainsi les partis démocratiques jouent à fond leur rôle de consultation politique et intellectuelle.
– Assister à la lutte contre la pauvreté et créer des œuvres d'intérêt public. Les membres des partis démocratiques mettent leur talent et leur intelligence au service du développement harmonieux de l'économie et de la société en ville et dans les campagnes. Ils apportent un soutien énergique à l'assistance intellectuelle aux régions frontalières, au projet charitable Guangcai et au programme bienveillant Wennuan ; ils mettent en place des formations professionnelles, créent des écoles, collectent des fonds pour les régions sinistrées, et aident les familles déshéritées et en difficulté. Leurs efforts sont rentables sur le plan économique et social. De plus dans la lutte contre le syndrome respiratoire aigu sévère en 2003, de nombreux membres des partis démocratiques ont apporté leur aide sur le terrain. Le programme bienveillant Wennuan, que les partis démocratiques ont pris l'initiative de mettre en œuvre, est un projet d'aide pour les déshérités. Depuis son application il y a une dizaine d'années, des formations gratuites ont été organisées dans 27 provinces (régions autonomes et municipalités relevant directement de l'autorité centrale), bénéficiant à un million de paysans et à environ 300 000 chômeurs et handicapés. Le projet de solidarité Siyuan appelle les membres des partis démocratiques à subventionner la société. Depuis son démarrage en 2005, 31,65 millions de yuans ont été donnés. En 2006, les comités centraux des partis démocratiques ont engagé 1 270 spécialistes et professionnels pour faire des inspections sur l'aide intellectuelle aux régions frontalières pauvres. Résultat : 144 propositions favorables à l'élaboration des politiques ont été avancées, 101 projets d'aide aux pauvres ont été mis en application, 500 millions de yuans ont été réunis, 25 000 professionnels spécialisés ont été formés, 201 écoles Espoir ont été fondées. Toutes ces actions ont été applaudies par différents milieux.
– Refléter l'opinion populaire et sauvegarder la stabilité et l'unité. Les partis démocratiques savent jouer pleinement leur rôle important tant dans la coordination des rapports que dans le règlement des conflits. Ils s'efforcent de rendre compte correctement de la situation sociale et de la volonté populaire, ce qui permet une prise de décision rationnelle et démocratique par les comités du Parti communiste chinois et les administrations à divers échelons. A l'égard des préoccupations essentielles de la population, telles que la répartition inégale des revenus, la réduction de l'écart entre les riches et les pauvres, l'établissement et l'amélioration du système d'assurance-maladie pour faciliter l'accès à la consultation médicale, la promotion de la réforme des entreprises d'Etat, la prévention de perte des biens publics, la lutte contre les contrefaçons et les produits de mauvaise qualité, la restauration de la confiance sociale, le règlement du problème de logement urbain, la limite de la hausse des prix immobiliers, le maintien de l'équité et de la justice, et l'aide aux groupes les plus démunis, ils font des enquêtes, recherches et discussions pour en trouver les causes et présenter des solutions possibles. Ils s'appliquent à promouvoir la supervision démocratique, participent activement aux activités de contrôle sur l'intégrité, la fiscalité, les prix, la protection de l'environnement, et la sécurité publique, organisées par les comités du PCC et les autorités à divers échelons. Dans un esprit de franchise, ils mènent des enquêtes et des analyses sérieuses et soulignent sans réserve les problèmes qui existent au sein des comités du PPC et des administrations aux divers échelons, améliorant sans cesse la qualité et le niveau de la supervision. Ils se plongent dans la vie réelle et dans la population pour témoigner pleinement des problèmes touchant les intérêts concrets des différents milieux. Ils s'efforcent de jouer un rôle de canalisateur idéologique parmi leurs propres membres et les milieux concernés, de renforcer la compréhension mutuelle pour dissiper les mécontentements, et de faire disparaître les facteurs nuisibles à la stabilité sociale, ce qui contribue à l'harmonie sociale.
– Renforcer les liens extérieurs et élargir les échanges. En profitant de leur point fort qui est leur réseau de liaisons larges, les partis démocratiques ont pris l'initiative d'élargir les liens avec les compatriotes de Hongkong, de Macao, de Taiwan, d'outre-mer et avec les amis internationaux dans la promotion des échanges dans les domaines de l'économie, des sciences et technologies, de la culture, de la santé et de l'éducation physique, afin d'introduire des fonds, des technologies, des talents et des expériences de la gestion. Ils aident des entreprises à se tourner vers l'extérieur et à participer à la coopération et à la concurrence internationales en profitant du marché national et international. Grâce à leurs efforts répétés, les échanges prennent de l'ampleur et s'enrichissent, et les champs d'échanges s'élargissent. Par le biais des échanges académiques, des visites à l'étranger et de la réception des concitoyens étrangers, les liens et les échanges avec l'extérieur ont été renforcés.
Dans sa volonté de s'unir aux différents partis démocratiques, le Parti communiste chinois a su établir des relations de coopération étroites avec les personnalités sans-parti. L'appellation de celles-ci résulte d'un contexte historique concret qui est la révolution chinoise. Par personnalités sans-parti, on entend ceux qui n'appartiennent à aucun parti politique, qui ont contribué à la société et qui exercent une influence importante. Constituées principalement d'intellectuels, elles sont une force importante dans la vie politique de la Chine, sont partie importante du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, et forment une catégorie importante de la Conférence consultative politique du peuple chinois. Elles ont joué un rôle important dans toutes les périodes historiques de la Chine depuis la révolution à la réforme en passant par la construction. Les personnalités sans-parti ont participé à toutes les réunions consultatives démocratiques et à tous les entretiens avec les personnalités non membres du PCC organisés par le Comité central du Parti communiste chinois. Depuis de longues années, les personnalités sans-parti se sont focalisées sur la tâche principale et la situation générale, et ont rempli dûment leurs obligations de participation aux affaires d'Etat, de délibération et de supervision démocratique, mené des enquêtes, études et analyses approfondies, et présenté activement leurs avis et propositions au Parti communiste et au gouvernement chinois. Le Parti communiste chinois encourage les personnalités sans-parti à jouer pleinement leur rôle dans les assemblées populaires, dans les administrations, dans les conférences consultatives politiques et dans les organes judiciaires aux différents échelons.
Les membres des partis démocratiques et les personnalités sans-parti ont remporté 7 142 titres d'honneur et prix nationaux et internationaux. Wang Xuan, ancien vice-président du comité central de la Société Jiusan, qui a inventé la photocomposition pour les caractères chinois, est l'un des représentants les plus distingués. Yuan Longping, une personnalité sans-parti, père du riz hybride, a contribué à l'autosuffisance chinoise en matière de céréales. Les membres des partis démocratiques et les personnalités sans-parti constituent une force importante dans le développement des forces productives avancées, dans la promotion de la politique démocratique socialiste, dans la mise en valeur de la culture socialiste avancée, et dans la construction d'une société harmonieuse socialiste. Ils jouent un rôle irremplaçable dans la construction générale d'une société de moyenne aisance et dans l'accélération de la modernisation socialiste.
 



Conclusion
Le système chinois de coopération multipartite a connu un parcours glorieux de 58 ans. L'histoire nous prouve que ce système politique fondamental est un résultat inévitable et profite d'une nécessité historique, d'une créativité grandiose et d'une grande supériorité.
Actuellement, le peuple chinois, très confiant, tra- vaille vigoureusement pour la construction globale d'une société de moyenne aisance, et s'efforce d'édifier un pays socialiste moderne, puissant, démocratique, harmonieux et culturellement avancé. Conserver et perfectionner le système chinois de coopération multipartite favorise le développement durable des forces productives pour la réalisation du progrès global de la société. Cela favorise également la concrétisation et le développement de la démocratie populaire, la promotion de l'édification de la civilisation politique socialiste, le développement de la culture socialiste et l'édification de la civilisation spirituelle socialiste. Cela permet la stabilité politique du pays et la solidarité de la société pour la promotion de l'édification d'une société harmonieuse socialiste.
Au fur et à mesure de l'approfondissement de la réforme des institutions politiques et du développement de la politique démocratique socialiste de la Chine, le système chinois de coopération multipartite connaîtra également un progrès continu. Pour conserver et perfectionner ce système politique fondamental, il faut poursuivre fermement la voie du développement de la politique socialiste à la chinoise et tirer en même temps profit de la richesse de la civilisation politique mondiale sans pourtant imiter simplement le système de partis politiques des autres pays. Au cours de l'édification du socialisme à la chinoise, le système de coopération multipartite créé et promu par le PCC et les partis démocratiques sera consolidé et perfectionné sans relâche et jouera un rôle majeur croissant.
 



Annexe: Les partis démocratiques et les personnalités sans-parti en Chine


Le Comité révolutionnaire du Guomindang de Chine
En novembre 1947, les partisans de la démocratie au sein du Guomindang et les autres démocrates patriotes se sont réunis à Hongkong pour tenir leur première conférence conjointe. Le 1er janvier 1948, cette conférence a débouché sur l'établissement officiel du Comité révolutionnaire du Guomindang de Chine (CRG).
Le CRG accepte pour adhérents éventuels les personnalités qui ont eu des rapports avec le Guomindang, les personnalités qui ont des relations historiques et sociales avec lui, les personnalités qui ont des relations diverses avec Taiwan, ainsi que d'autres personnalités. Il insiste sur l'admission des personnalités représentatives des couches supérieures ou intermédiaires, et des intellectuels de moyen et de haut niveau.
Les présidents successifs du CRG ont été Li Jishen, He Xiangning, Zhu Yunshan, Wang Kunlun, Qu Wu, Zhu Xuefan, Li Peiyao. Son président actuel est He Luli.
Actuellement, avec plus de 81 000 membres, les organisations du CRG sont implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

La Ligue démocratique de Chine
Le 19 mars 1941, la Ligue des partis démocratiques de Chine a été fondée secrètement à Chongqing. Le 16 novembre 1941, Zhang Lan a annoncé en public l'établissement de cette Ligue. Au cours de son Congrès national tenu en septembre 1944, la Ligue a pris son appellation actuelle : la Ligue démocratique de Chine.
La Ligue démocratique de Chine est composée principalement par les intellectuels de haut et moyen niveau qui travaillent dans les domaines de la culture, de l'éducation, des sciences et de la technologie.
Les présidents de cette Ligue ont été successivement Huang Yanpei, Zhang Lan, Shen Junru, Yang Mingxuan, Shi Liang, Chu Tunan, Fei Xiaotong, Ding Shisun. Son président actuel est Jiang Shusheng.
Actuellement, avec plus de 181 000 membres, les organisations de la Ligue démocratique de Chine sont implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

L'Association pour la construction démocratique de Chine
Initiée par les industriels et les commerçants patriotes, ainsi que les intellectuels concernés, l'Association pour la construction démocratique de Chine (ACD) a été fondée le 16 décembre 1945 à Chongqing.
Les membres principaux de l'ACD viennent des milieux économiques.
Les dirigeants ou présidents de l'ACD ont été successivement Huang Yanpei, Hu Juewen, Sun Qimeng. Son président actuel est Cheng Siwei.
A l'heure actuelle, avec plus de 108 000 membres, les organisations de l'ACD sont implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

L'Association chinoise pour les progrès de la démocratie
Initiée par les intellectuels dans les domaines de la culture, de l'éducation et de l'édition, ainsi que par certains industriels et commerçants patriotes, l'Association chinoise pour les progrès de la démocratie (APD) a été officiellement créée le 30 décembre 1945 à Shanghai.
L'APD est principalement composée par les intel- lectuels de haut et moyen niveau qui travaillent dans les domaines de la culture, de l'éducation et de l'édition.
Les présidents de l'APD ont été successivement Ma Xulun, Zhou Jianren, Ye Shengtao, Lei Jieqiong. Son pré- sident actuel est Xu Jialu.
Actuellement, avec plus de 103 000 membres, les organisations de l'APD sont implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

Le Parti démocratique paysan et ouvrier de Chine
Le 9 août 1930, Deng Yanda, dirigeant de la gauche du Guomindang, a organisé à Shanghai la première réunion nationale des cadres, au cours de laquelle a été créé le comité d'action provisoire du Guomindang. Celui-ci a été converti le 10 novembre 1935 en comité d'action pour la liberté de la nation chinoise, puis le 3 février 1947 en Parti démocratique paysan et ouvrier de Chine (PDPO).
Le PDPO est principalement composé par les intellectuels de haut et moyen niveau dans le milieu médical et sanitaire.
Les dirigeants ou présidents du PDPO ont été suc- cessivement Deng Yanda, Huang Qixiang, Zhang Bojun, Ji Fang, Zhou Gucheng, Lu Jiaxi. Son président actuel est Jiang Zhenghua.
Avec plus de 99 000 membres, les organisations du PDPO sont actuellement implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

Le Zhigongdang de Chine
Initié par des organisations sociales des Chinois d'outre-mer, le Zhigongdang a été créé en octobre 1925 à San Francisco aux Etats-Unis. Lors de son troisième Congrès tenu en mai 1947 à Hongkong, il a été réorganisé pour devenir un parti en faveur de la nouvelle démocratie.
Le Zhigongdang est principalement composé par les couches supérieure ou intermédiaire des Chinois d'outre- mer rentrés au pays, et les membres de leurs familles.
Les présidents de ce parti ont été successivement Chen Qiyou, Huang Dingchen, Dong Yinchu. Son prési- dent actuel est Luo Haocai.
Actuellement, avec plus de 28 000 membres, les organisations du Zhigongdang sont implantées dans 19 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

La Société Jiusan
Fin 1944, un groupe de chercheurs progressistes a organisé à Chongqing un symposium de la démocratie et des sciences, pour arracher la victoire dans la Guerre de résistance contre l'agression japonaise, établir la démocratie politique, et mettre en valeur l'anti-impérialisme, le patriotisme, la démocratie et la science, préconisés par le Mouvement du 4 mai 1919. Ce symposium a été converti en Société Jiusan (le 3 septembre), en symbole du 3 septembre 1945, date de la victoire de Chine dans la Guerre de résistance contre l'agression japonaise et dans la Seconde guerre mondiale. Le 4 mai 1946, la confé- rence d'établissement de la Société Jiusan a eu lieu à Chongqing.
La Société Jiusan est principalement composée par les intellectuels de haut et moyen niveau dans le domaine des sciences et de la technologie.
Les présidents de ce parti ont été successivement Xu Deheng, Zhou Peiyuan, Wu Jieping. Son président actuel est Han Qide.
A l'heure actuelle, avec plus de 105 000 membres, les organisations de la Société Jiusan sont implantées dans 30 provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

La Ligue pour l'autonomie démocratique de Taiwan
Après l'Insurrection du 28 février 1947 de la population taiwanaise, une partie des combattants patriotes originaires de Taiwan ont fondé le 12 novembre 1947 à Hongkong la Ligue pour l'autonomie démocratique de Taiwan (LADT).
Ce parti est composé par les personnalités de Taiwan.
Les présidents de la LADT ont été successivement Xie Xuehong, Cai Xiao, Su Ziheng, Cai Zimin, Zhang Kehui. Son président actuel est Lin Wenyi. De 1987 à 1992, le 4e comité central de la LADT fut dirigé par un présidium. Lin Shengzhong et Cai Zimin en ont été successivement les présidents exécutifs de 1987 à 1988 et de 1988 à 1992.
Actuellement, avec plus de 2 100 membres, les organisations de la LADT sont implantées dans 13 pro- vinces ou municipalités relevant directement de l'autorité centrale.

Les personnalités sans-parti
Pendant la Révolution de la démocratie nouvelle, les personnalités sans-parti désignaient les hommes éminents de la société sans appartenance politique. Ce groupe de personnes est devenu une catégorie indépendante après la fondation de la Conférence consultative politique du peuple chinois en 1949. A l'heure actuelle, ceux qui ne sont membres d'aucun parti, mais qui apportent une contribution active à la société et qui ont de l'influence sur la société sont appelés les personnalités sans-parti, individus qui sont principalement des intellectuels.
Les personnalités sans-parti les plus connues sont Guo Moruo, Ma Yinchu, Ba Jin, Miao Yuntai, Cheng Siyuan.