Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

Pourquoi les trains à grande vitesse chinois sont les meilleurs sur de nombreux plans
 


Un train CRH exploité sur la ligne à haute vitesse Lanzhou-Urumqi à l’entretien, à la Gare du Sud d’Urumqi, dans le Xinjiang, le 26 décembre 2014. [Photo / Xinhua]
 
D'après les médias, le Premier ministre japonais Shinzo Abe va tenter de promouvoir la technologie du train à grande vitesse Shinkansen lors de sa visite aux États-Unis, qui a commencé le 26 avril, pour profiter des projets des États-Unis visant à soutenir leur économie avec la grande vitesse ferroviaire.

De toute évidence, le Japon est en concurrence avec la Chine et certains autres pays pour prendre une part du marché du train à grande vitesse aux États-Unis. Il peut donc être intéressant de savoir quel pays est le mieux placé.

La Chine est peut être arrivée tardivement dans la construction de trains à grande vitesse, mais certaines de ses technologies sont meilleures que celles d'autres pays. Par exemple, une de ses exigences technologiques les plus délicates est que la surface des rails qui touche les roues doit être particulièrement nette, tandis que la géométrie de la voie doit être lisse, parce que même le moindre défaut peut provoquer des secousses sur un train du fait de sa grande vitesse. Ce n'est que l'un des domaines dans lesquels la Chine excelle –ainsi les rails de la ligne du train à grande vitesse Beijing-Shanghai sont tellement lisses que le train d'essai a atteint des vitesses de 380 km/h sans la moindre secousse perceptible.

Sur un autre élément technologique -le degré de confort en voyage- les performances des trains à grande vitesse chinois sont également bonnes. Chaque train doit passer des tests stricts, sévères même, avant d'être mis en service pour garantir que les passagers bénéficieront d'un confort maximum. Beaucoup de voyageurs qui ont voyagé sur des trains à grande vitesse en Chine et en Europe disent que les premiers sont meilleurs. Sur d'autres plans comme la sécurité dynamique, les chemins de fer à grande vitesse chinois affichent aussi de bonnes performances.

En outre, les chemins de fer à grande vitesse chinois sont les moins chers du monde. Il est mondialement reconnu que c'est en Chine que le coût de construction des chemins de fer à grande vitesse est le plus bas. En octobre 2014, quand elle a répondu à un appel d'offres pour le programme du métro de Boston, China CNR Corporation Limited, bien qu'elle n'ait pas remporté le contrat, avait offert un prix qui ne représentait que 60% de celui de son concurrent japonais Kawasaki Heavy Industries.

Cette affaire a poussé les entreprises japonaises à accuser la Chine de « dumping », mais sans aucun fondement. Les chemins de fer à grande vitesse chinois coûtent moins cher en raison du faible coût de la main d'œuvre en Chine. Construire des chemins de fer à grande vitesse a besoin de génie civil et électrique, et de toutes sortes de travail physique, qui coûtent beaucoup plus dans une société en vieillissement rapide comme le Japon. Et là réside l'avantage de la Chine.

En outre, le faible coût des chemins de fer à grande vitesse chinois est aussi fortement lié à des exigences de profit plus basses.

Autre avantage incomparable des chemins de fer à grande vitesse chinois, la topographie difficile du pays. La Chine a déjà construit plus de 16 000 km de chemins de fer à grande vitesse à travers des hauts plateaux, des montagnes, des plaines et des déserts. En travaillant sur de tels terrains, les ingénieurs et ouvriers chinois ont acquis une expérience précieuse pour faire face aux difficultés de toute nature. Et en travaillant ensemble, les ingénieurs, ouvriers et autres experts techniques ont développé un fort esprit d'équipe et une confiance réciproque.

Bien sûr, les Japonais ont aussi leurs avantages. Masaki Ogata, vice-président de l'East Japan Railway Company, a déclaré dans une récente interview que la technologie du Shinkansen peut éviter les dommages aux voies ferroviaires à grande vitesse lors de tremblements de terre, et présente des avantages en matière de protection de l'environnement et de lutte contre le bruit.

Et de fait, les chemins de fer à grande vitesse japonais ont bien ces avantages. Mais la Chine développe sa technologie de train à grande vitesse assez rapidement pour rattraper les meilleurs par, entre autres choses, le financement d'équipes de recherche pour développer des systèmes de surveillance et d'alerte précoce avancés, et une technologie résistant aux tremblements de terre pour assurer la sécurité des chemins de fer à grande vitesse. Même dans le domaine de la protection de l'environnement, la Chine a acquis suffisamment d'expérience avec la construction du chemin de fer qui relie Lhassa, au Tibet, à la Province du Qinghai.

En bref, les chemins de fer à grande vitesse chinois sont de bonne qualité et concurrentiels en termes de prix, et seront certainement encore meilleurs dans l'avenir.

Zhai Wanming est professeur titulaire d'une chaire à l'Université Jiaotong de Xinan et membre de l'Académie chinoise des sciences. L'article est un extrait de son interview avec Zhang Zhouxiang, du Chine Daily.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne
Mis à jour le 28-04-2015