Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                 

La visite de Xi Jinping en France ouvrira un nouveau chapitre des relations sino-françaises
 
Durant sa première tournée en Europe en tant que président chinois, Xi Jinping visitera la France, 50 ans après l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

M. Xi effectuera une visite d'Etat en France après un déplacement aux Pays-Bas, au cours duquel il a participé au Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye.

Il s'entretiendra avec son homologue français François Hollande et assistera avec lui aux célébrations du 50e anniversaire des relations diplomatiques sino-françaises. M. Xi rencontrera également le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et des responsables parlementaires.

La France occupe une place unique dans l'histoire diplomatique de la Chine, car elle fut le premier grand pays occidental à établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Wang Chao a indiqué, lors d'un point de presse, que les dirigeants tireraient parti de l'expérience positive des cinq dernières décennies afin d'établir des plans pour l'avenir.

"Le moment de la visite de M. Xi est hautement symbolique, il ne s'agit pas d'un déplacement diplomatique de routine", estime Zhao Jinjun, président de l'Institut de diplomatie de Chine et ancien ambassadeur en France.

La visite du président Xi illustre la valeur attachée par la Chine à l'héritage de Mao Zedong et de Charles de Gaulle, qui ont décidé d'établir les relations diplomatiques en 1964, explique M. Zhao.

Les pays sont tous deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, et, face à un monde de perturbations et de conflits, cette visite montre l'engagement de la Chine à partager les responsabilités en matière de maintien de la paix et de la stabilité avec la France, précise M. Zhao.

En cinquante ans, les deux pays ont forgé un partenariat stratégique global. Le volume du commerce bilatéral a atteint 50 milliards de dollars en 2013, contre 100 millions de dollars en 1964. Il y a cinq décennies, moins de 3.000 personnes voyageaient chaque année entre la Chine et la France, tandis qu'aujourd'hui, plus de 5.000 personnes par jour effectuent ce trajet. Environ 38.000 Chinois font leurs études en France, et la Chine compte plus de 7.000 étudiants français.

Malgré des hauts et des bas, les relations avec la France restent parmi les plus importantes pour la Chine, affirme M. Zhao.

Un potentiel de coopération

Politiquement, la Chine et la France soutiennent toutes deux la multipolarité et des politiques étrangères indépendantes. Elles sont également complémentaires dans le domaine économique et jouissent d'une bonne tradition de coopération dans les secteurs tels que l'énergie nucléaire, l'aviation civile et l'industrie ferroviaire. Les deux pays recherchent néanmoins de nouveaux domaines et de nouvelles avancées en matière de coopération politique et économique.

La visite du président Xi pourrait constituer un nouveau point de départ pour les deux pays, indique Qu Xing, directeur de l'Institut des études internationales de Chine.

Des accords sur l'éducation, les sciences et technologies, l'énergie, l'aviation, l'urbanisation et l'agriculture devraient être signés lors de cette visite et promouvoir la coopération des deux pays dans la recherche, les investissements et la production, voire dans l'exploration d'un marché tiers.

"Politiquement, il n'y a pas de divergence fondamentale entre la Chine et la France", explique Qu Xing, citant quatre intérêts communs des deux pays dans les affaires internationales, à savoir l'anti-terrorisme, la non-prolifération nucléaire, la stabilité internationale et la liberté de navigation dans les eaux internationales.

Les deux pays ont également entamé une coopération en Afrique, et la France agit en tant que "pont" entre la Chine et de nombreux pays africains.

"Il y a cinquante ans, la France a poussé les autres pays occidentaux à établir des relations diplomatiques avec la Chine, et la Chine espère maintenant que la France jouera un rôle clé dans la promotion d'une politique positive envers la Chine dans le cadre de l'UE", indique Qu Xing.



Source: Agence de presse Xinhua
Mis à jour le 26-03-2014